HISTOIRE DES CONSTRUCTEURS

Edoardo BIANCHI

 

La storia

      

          

Créée en 1885 et spécialisée dans la conception et la fabrication de bicyclettes, l'entreprise se lance dès 1899 dans la fabrication de véhicules motorisés, d'abord des motocyclettes puis des automobiles sous la marque Fabbrica Automobili e Velocipedi Edoardo Bianchi.

En 1901, Edoardo Bianchi dévoilait le premier vélo qui disposait d’une transmission par cardan. En 1913, il inventait le système de freinage avant.L histoire des maillots bianchi

En 1902, Edoardo Bianchi réalisa un tricycle à moteur De Dion-Bouton. Puis un quadricycle dérivé de celui-ci. Il proposa alors une gamme de six modèles de voitures équipées de moteur Aster, De Dion ou de sa propre conception. La particularité de ces véhicules réside en un double châssis protégeant la mécanique. De plus, Bianchi offrait une assistance à domicile et deux jours d'auto-école à l'achat de l'un de ses véhicules. La firme milanaise était alors en concurrence avec le constructeur turinois Fiat. Bianchi créa la type A en plusieurs variantes pour venir concurrencer la Fiat Type Zero. Rapidement, Bianchi créa un département compétition permettant à la firme de s'illustrer en Italie comme dans le reste de l'Europe.

En 1914, ses productions se répartissaient ainsi : 45 000 bicyclettes, 1 500 motos et 1 000 automobiles.

La société Bianchi participa officiellement aux courses cyclistes et motocyclistes. Parmi ses principaux pilotes on notera le jeune Tazio Nuvolari.

L'entreprise débuta la fabrication de camions dans les années 1930 et cette activité fut particulièrement florissante durant la Seconde Guerre mondiale pour équiper l'armée italienne. Cette activité dura peu de temps après la fin de la guerre car l'entreprise avait souffert des bombardements et la reconstruction des usines était laborieuse.

En 1955, la fabrication automobile reprend avec la création de la marque Autobianchi, en association avec les deux patrons d'industries les plus importantes d'Italie, Gianni Agnelli patron de la puissante Fiat SpA et Leopoldo Pirelli patron du groupe homonyme Pirelli

Mais l'entreprise F.I.V. Bianchi poursuit ses activités de fabricant de cycles et motocycles avec notamment la Bianchina, petite moto de 125 cm³ et l'Aquilotto, petit moteur auxiliaire à monter sur une bicyclette.

La participation dans Autobianchi sera cédée aux autres actionnaires en 1958 et sera intégrée au groupe Fiat SpA en 1968.

En 1959, la société Bianchi recrute un ingénieur responsable du bureau d'études, Lino Tonti. Grâce à lui, le constructeur milanais connait un beau développement avec les nouvelles motos bicylindres à deux arbres à cames les Bianchi 250-350-500, qui marqueront le retour de la marque dans les Grands Prix en 1960. Bianchi produira également la MT61, moto destinée à l'armée italienne et aux forces de l'ordre, le scooter Orsetto 80 et la moto sportive Sila 175.

Les années 1960 verront le fantastique essor de l'automobile et la brusque chute des ventes de motos et de bicyclettes. La société, comme tous ses concurrents en Europe, va connaître des années très difficiles, certains vont disparaître. À la fin de l'année 1964, la production des motos passera sous la responsabilité de Bianchi Velo, la division cycliste implantée Viale Abruzzi, à Milan. L'unité motos sera reprise en 1967 par Piaggio.

En mai 1997, Bianchi Velo intègre le groupe Cycleurope, le plus important fabricant de vélos au monde. Les marques du groupe Bianchi sont venues compléter celles de Cycleurope, en créant un regroupement unique sur le marché qui peut offrir le plus grand éventail de produits jamais imaginé. (source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Bianchi_(entreprise))

 

 

 

02          Histoire du vélo.

 

 

          

 

 

 

 

 

                                    

Tullio CAMPAGNOLO

1953 campagnolo1953                                                                         logo Campagnolo

1933-42

Tullio Campagnolo un cycliste  innovateur

Gentullio Campagnolo, dit Tullio Campagnolo, né le à Vicence et mort le dans la même ville, est un cycliste et inventeur italien. Il a notamment inventé le procédé de blocage rapide de roue de bicyclette, le changement de vitesse, et a fondé la compagnie Campagnolo, qui fabrique des composants pour bicyclette.

Le 11 novembre 1927, alors qu'il vient d'attaquer l'ascension du Croce d’Aune, Tullio Campagnolo se retrouve seul, mais il n'a pas peur, il doit trouver une solution.
Ce matin de novembre, alors que ses mains engourdies par le froid l'empêchent de dévisser les écrous papillons de son moyeu pour utiliser le rapport le plus approprié, Tullio Campagnolo a une intuition : concevoir une nouvelle manette d'écrou afin de faciliter son actionnement.

1933: C'est le début de l'ère Campagnolo.

Le blocage rapide est breveté le 8 février 1930, tandis que sa production industrielle commencera en 1933.
La même année, Tullio Campagnolo fonde la société Campagnolo, située dans l'arrière-boutique de la quincaillerie de son père, Corso Padova 101 à Vicence.
C'est la naissance de celle qui deviendra la marque symbole de l'évolution du cyclisme moderne.

En 1946, le dérailleur arrière à double baguette évolue dans la version Corsa 1001, avec laquelle Gino Bartali remporte le Tour de France de 1948.
En 1949, les poignées de déblocage et de passage de vitesse s'uniront dans un unique levier. Naît ensuite la Paris-Roubaix 1002, ainsi dénommée en l'honneur de Fausto Coppi pour sa victoire dans l'édition 1950 de cette course.

Les rapports aussi changent.
Le nouveau pédalier à cinq branches proposé par Campagnolo a un entraxe réduit qui permet de monter des plateaux inférieurs à 47 dents, limite de cette époque. En 1961, Campagnolo réalise un pédalier triple qui devance les temps d'un cyclisme toujours plus exigeant en termes de composants.

Logo

 

6a00d83451c56869e200e54f3496698833 640wi          6a00d83451c56869e200e54f3495cf8833 640wi

 

 

Tullio Campagnolo nacque a Vicenza il 26 agosto 1901, da Valentino Campagnolo ed Elisa Paiusco. Battezzato Gentullio, venne sempre chiamato con il diminutivo di Tullio.

Cominciata la carriera ciclistica nel 1922 al Veloce Club Vicenza, la sua prima bicicletta fu una Aliprandi, tuttavia non si ricordano al suo attivo grandi imprese ciclistiche, se non la vittoria dell’Astico-Brenta del 1928. Momento topico della sua carriera agonistica non fu una vittoria, bensì un episodio curioso capitatogli l’11 novembre 1927.

Durante il Gran Premio della Vittoria, sulle prime rampe del Croce d’Aune, ebbe la necessità di togliere la ruota posteriore per una foratura. Tuttavia le mani gelate per il freddo e la neve non riuscirono ad aprire i “galletti”, i bulloni che si usavano allora e che avevano delle “ali” per essere stretti ed aperti a mano. La leggenda narra che esclamò “bisogna cambiar qualcossa de drio” (lett.: bisogna cambiare qualcosa dietro).
L’8 febbraio 1930, anno in cui terminò la carriera di corridore, Campagnolo brevettò il “galletto automatico”, ossia lo sgancio rapido che oggi tutti noi usiamo. Usando un perno del mozzo forato, la ruota viene fissata ai forcellini stringendo una levetta che sfrutta il principio dell’eccentrico. Si trattava del primo dei molti brevetti registrati da Tullio Campagnolo.
Nel 1933 nacque la società che porta il suo nome, con sede in Corso Padova, nel centro di Vicenza. La produzione era e rimase per molti anni artigianale (assumerà il suo primo dipendente nel 1940), tuttavia Campagnolo continuò la sua sperimentazione non solo sui mozzi, ma anche sull’elaborazione di un modello di cambio di velocità, che sperimentò sulle biciclette Berga, la cui sede era poco lontano dalla sua bottega.
In quello stesso anno, sfruttando il principio dello sgancio rapido da lui brevettato, nacque il famoso cambio a bacchetta, denominato ufficialmente Cambio Corsa. Nonostante la necessità di pedalare all’indietro per spostare il rapporto da un pignone all’altro, offriva il grande vantaggio di poter funzionare in presenza di fango, dal momento che la catena rimaneva sempre tesa e non si sfruttavano tensionatori, ma solo la lunghezza dei forcellini posteriori.

Il brevetto fu depositato il 4 maggio 1933, l’introduzione dei primi cambi avvenne nel successivo mese di agosto. Nel 1934 venne pubblicizzato addirittura sulla Gazzetta dello Sport.

Ernesto Colnago

logo-colnago

Ernesto Colnago est né le 9 février 1932 à Cambiago, une petite bourgade rurale à 20 km à l’est de Milan. Ernesto avait tout juste 13 ans lorsqu’il a voulu commencé à gagner sa vie. Il modifie alors ses papiers d’identité et se donne 14 ans pour commencer à travailler comme assistant soudeur. C’est en 1954 que Colnago est créé de ce minuscule atelier. Colnago c’est maintenant : des centaines d’équipes professionnelles, 2500 coureurs professionnels qui ont gagné plus de 7500 circuits internationaux. Des champions du calibre de Fiorenzo Magni, Gastone Nencini, Eddy Merckx, Giuseppe Saronni, Gianni Motta, Baronchelli, Michele Dancelli, Gianni Bugno, Oscar Freire, Johan Museeuw, Tony Rominger, Pavel Tonkov, Yaroslaw Popovych, Erik Zabel, Alessandro Petacchi et beaucoup d’autres encore ont remporté la victoire sur un Colnago. À l’image de son créateur innovant et passionné, Colnago a créé le premier cadre en fibre carbone aidé de l’ingénieurie Ferrari en 1986. L’année suivante, l’innovante fourche droite « Precisa » est créée. En 1989, le Colnago C35 fait son apparition : un cadre innovant en fibre carbone monocoque en version route et VTT. 1994 est l’année Hallmark pour Colnago qui introduit son premier cadre en fibre carbone, le C40. Colnago fête alors ses 40 ans de création et devient une référence incontournable dans le monde du cyclisme. Aucun autre cadre n’aura remporté autant de victoires que le C40 : 5 Paris-Roubaix et une pléthore de championnats internationaux. En 2000, un autre modèle remarquable sort des ateliers Colnago : l’édition limitée CF1 créé en collaboration avec Ferrari. Il devient très vite un succès majeur. Son successeur, le CF2 à double suspension viendra satisfaire les vététistes en 2002. Après des décennies de succès planétaire, Ernesto Colnago lance le C50 en 2003. Le C50 marque en fait le 50e anniversaire de Colnago et est vite catalogué de meilleure vélo au monde fabriqué en Italie. Son cadre en composite de fibre carbone connaît un franc succès aussi bien sur les circuits internationaux que dans les stands de vente. Et pour 2004, Colnago marque le coup de ses 50 ans en lançant son modèle « 5Oth Anniversary ». Ernesto Colnago continue de travailler dur pour vous offrir des vélos chaque fois plus performants. Ne lui demandez pas lequel de ses vélos est le meilleur : sa réponse sera toujours la même « J’ai créé beaucoup de vélos, mais le plus beau est celui à venir »

La marque Colnago est sans conteste l’un des monuments du cyclisme italien. Fondée en 1952 par Ernesto Colnago à Cambiago près de Milan, la marque s’est faite connaitre grâce à ses cadres en acier et leur design novateur qui en ont rapidement fait une des marques de référence dans le peloton. Au fil des ans, les matériaux ont évolué et la marque propose maintenant des cadres carbones d’une qualité et d’une finition exceptionnelle.

En 1987 à Cambiago, en collaboration avec Enzo Ferrari, ceux-ci réalisent un vélo tout carbone à l'aide de la technologie de la Formule 1.

Colnago invente la fourche droite, après une étroite collaboration avec Ferrari, leurs calculs prouvant qu'une fourche droite est plus performante pour une fabrication plus simple qu'une fourche courbée. Colnago crée la première fourche « tout carbone » (du pivot aux pattes de la fourche).

Colnago crée aussi son ensemble cadre-fourche qui fera date dans le cœur du peloton, le fameux C40 (« 40 » pour fêter les 40 ans de l'entreprise), ce cadre est hors normes, le procédé de fabrication par polymérisation (et non collage) permet d'obtenir un cadre carbone rigide tout en étant confortable, alliant ainsi les avantages du monocoque sans les inconvénients (contrairement à beaucoup de cadres de l'époque, qui eux étaient collés ou monocoque)

La marque s’est associée à l’équipe de développement de Ferrari afin de concevoir le superbe V1R, un des fleurons de la marque au trèfle. Le V1R est sans aucun doute le vélo monocoque carbone le plus abouti de l’histoire de Colnago.

Colnago propose avec le C60 un des rares cadres carbone entièrement fait à la main dans son usine en Italie. Vous découvrirez le processus de fabrication du Colnago C60 dans cette vidéo :

Fabrication d'un cadre carbonne:  VOIR

0018962 colnago master frameset 53cmColnago logo 2846474c

Dbyy6kmwaaeooweDbeni5ixyaato4tDaiixk7w0aa98ik

 

 

 

Giovanni Pinarello

Pinarello 2

Fondée en 1954 par Giovanni Pinarello, la marque a rapidement su s’imposer grâce aux innovations technologiques qu’elle a développées.

Les vélos Pinarello se sont illustrés à de nombreuses reprises sur des courses mythiques telles que Milan-San Remo, Paris-Nice, le Tour de Lombardie, le Giro et surtout sur le Tour de France qu’ils ont remporté à 9 reprises, avec des champions tels que Jan Ulrich, Miguel Indurain, Bradley Wiggins et Christopher Froome.

L’équipe Sky roule aujourd’hui sur le fer de lance de la marque : le superbe Pinarello Dogma F8 développé en collaboration avec les équipes techniques de Jaguar.

 

Pinarello 2  Pinarello super prestige 1983  Pinarello   Images 1

 

LES CYCLES  "MERCIER"

 
Cycles Mercier France Loire est une entreprise de fabrication de cycles du groupe hollandais Accel dont la chaîne de montage est située à Andrézieux-Bouthéon (à une dizaine de kilomètres de Saint-Étienne).

Histoire

La marque des cycles Mercier fut fondée à Saint-Étienne par Émile Mercier (1899-1973).
En 1919, il s'associe aux frères Paret et à Ribaud, et se lance dans la fabrication d'axes et cuvettes de pédalier.
En 1924, rachetant les parts de ses associés, il se reconvertit dans la fabrication de cadres, puis dans le montage de cycles vers 1930.
La marque se dote d'une équipe cycliste professionnelle en 1933. Elle connaitra son apogée dans les années 60, grâce à Raymond Poulidor.
De 1950 à 1959, Mercier a également fabriqué des vélomoteurs.
En 1984, la "Société Nouvelle des cycles Mercier" reprend l'entreprise voisine et concurrente France Loire (qui avait déposé le bilan en mai 1983).
Mercier, qui était resté en compétition jusqu'en 1983 (avec Joop Zoetemelk), dépose le bilan en 1985. Les salariés reprennent alors l'entreprise Mercier - France Loire. C'est le renouveau qui s'appuie sur la grande distribution, délaissant les réseaux classiques des petits revendeurs.
En septembre 1991, Mercier France Loire (qui avait également racheté St Etienne Cycles), est racheté à son tour par le fabricant néerlandais Atag qui deviendra plus tard Accel.
En 2005, la production annuelle était d'environ 120 000 bicyclettes (également sous la marque Poulidor), dont 1 200 pour l'opération vélo'v.

La marque a été vendue par le groupe Accell en 2008 entraînant la disparition des vélos Mercier.

 
 

es "Lionceaux Bleu & Jaune" PEUGEOT de 1945 à 1962 "

Maillot peugeotL'équipe cycliste Peugeot est une équipe française de cyclisme sur route, qui a existé de 1901 à 1989. Elle existe quasiment depuis les débuts des courses cyclistes. Il faut dire que la firme montbéliarde produit des cycles depuis 1882. À partir de ce moment-là, elle ne quittera quasiment plus les pelotons.

Elle est considérée comme l'équipe cycliste la plus titrée de tous les temps. Durant sa longue existence, l'équipe sponsorisée par la marque Peugeot a notamment remporté neuf Tours de France, trois Tours d'Espagne et cinq Paris-Roubaix.

Après la seconde guerre de nombreux belges représentèrent les couleurs "Bleu & Jaune" de l'équipe et non des moindres tels Rik Van Steenbergen, Stan Ockers, Frans Schoubben, Raymond Impanis, Fred De Bruyne, Pino Cerami et Jean Brankart.
 

 

C'est en 1963, qu'apparait le fameux maillot à damiers noirs de PEUGEOT et cela va durer jusqu'en 1986, soit 24 ans.
 
Plusieurs champions ont fait honneur aux couleurs de Peugeot et parmi eux les plus prestigieux, tels Eddy Merckx, Bernard Thevenet, le regretté Tom Simpson, Ferdinand Bracke, Roger Pingeon, Pino Cerami, Jean Pierre Danguillaume, Gilbert Duclos-Lassalle, Raymond Delisle, Walter Godefroot, Gerben Karsten, Stephen Roche, Charly Gaul, Hennie Kuiper ou Pascal Simon.
 
 

CYCLES HELYETT     

Une marque de légende fondée en 1919

Maillot helyett 

Le maillot était vert à bande blanche. 

 Prenant le nom et l'image d'une héroïne d'opérette de la fin du dix-neuvième siècle célèbre à l'époque, Helyett est une marque de cycles française née à Sully-sur-Loire dans le Loiret en 1919. Elle connait ses heures de gloire dans les années 1950 et 1960 en remportant notamment trois Tours de France avec Jacques Anquetil. Estimée des connaisseurs et de ceux qui ont vécu l'âge d'or des courses cyclistes, Helyett est longtemps restée méconnue du grand public après dans la disparition des Établissements Picard en 1962, malgré une notoriété auprès des spécialistes et un palmarès qui la place parmi les plus grands noms avec Alcyon, Bianchi, Gitane ou Peugeot. Abandonnée pendant de longues années, la marque renaît au début des années 2000,

          

1919: Les frères Picard créent une usine de fabrication de cycles (vélo et moto) à  Sully sur Loire (Loiret) qui emploiera jusqu'à 50 personnes.   
Helyett est le nom de l'héroine de l'opérette "Miss Helyett" d'Edmond Audran créée en 1890.
1962: Fin de la marque. Elle est vendue aux établissements Robert Griffon.
1966: Helyett fusionne avec Gitane.

 

 

 

CYCLES LA PERLE

Les cycles La Perle fondés vers 1930 se trouvaient à St Maur des Fossés (94) au 33 Boulevard du Pont de Créteil.

1955: Elle s'associe à Hutchinson pour former un groupe dirigé par Francis PELISSIER. Les maillots sont rouge avec une ceinture blanche.

Le directeur de ces etablissements était M. Guyot. Après la fermeture des ateliers LA PERLE, M. Guyot a ouvert un magasin de vélos,  avenue  de la Grande Armée à Paris, sous la marque du   champion suisse Oscar EGG.

HISTOIRE DE POMPES.

 

LE LEADER FRANCAIS: Vidéo : Les différentes étapes de fabrication d'une pompe à vélovoir

L''entreprise française Zéfal, spécialisée dans la fabrication d'accessoires de cycles.                   Image illustrative de l'article Zéfal

Historique

L'origine de la société remonte à la fin du XIXe siècle avec les premières évolutions du vélocipède. Dès1880, les établissements AFA deviennent la société Poutrait qui se spécialise dans la fabrication d'accessoires de vélo en métal tels les repose-pied, les porte-lanternes ou les étriers de frein puis profite de l'invention du pneumatique gonflable pour mettre au point des valves et développer les pompes de gonflage. En partenariat avec les coureurs cyclistes du même nom, la société crée, au début du XXe siècle, les marques Lapize (pompes) et Christophe (cale-pied et sangles).

Parallèlement, en 1900, Edouard Morin rachète l’entreprise de M. Sclaverand, inventeur et fabricant de la valve qui porte alors son nom (aujourd’hui appelée valve française ou valve Presta). La société Morin est alors spécialisée dans la fabrication de pompes de cadres et pompes à pied, et crée notamment la marque Zéfal en 1920. Ce nom provient de zef signifiant vent en argot, et -al pour aluminium, le composant principal.

En 1935, les deux sociétés fusionnent et deviennent les Établissements Poutrait-Morin. Dans l'entre-deux guerres, l’entreprise est réquisitionnée par l'armée française pour fabriquer des seringues. Elle quitte alors son siège d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et rejoint Jargeau (Loiret), perçu comme moins vulnérable en cas d’avancée allemande1. Elle y emménage dans les locaux d'une ancienne féculerie datant du XIXe siècle située en contrebas de la levée de la Loire.

En 1949, Poutrait-Morin dépose le brevet du procédé SOLIBLOC permettant de réaliser des pompes en aluminium sans fond rapporté. Ces pompes monobloc sont lancées dès les années 1950. Depuis cette date, de nombreux brevets ont été déposés pour améliorer l'efficacité, la facilité et le confort du gonflage. En 1972, Zéfal invente le raccord direct avec levier de serrage et la réversibilité du joint pour s'adapter aux différents types de valves.

Dans les années 1980, Zéfal devient un des leaders mondiaux dans la fabrication de pompes, dépassant le chiffre de dix millions d'unités par an tout en résistant à la chute du marché européen du vélo. C'est également à cette époque que l’entreprise diversifie son offre de produits d’accessoires pour le vélo, notamment avec les bidons, les porte-bidons, les porte-bagages et les garde-boue.

La politique d'implantation internationale s’intensifie en partenariat avec des distributeurs dans plus d’une centaine de pays. Chaque année, 70 % des produits fabriqués sont exportés dans une centaine de pays.

Dans les années 1990, avec l’apparition du VTT comme nouvelle pratique du vélo, Zéfal lance de nouveaux produits et poursuit sa diversification en développant des gammes d’entretien, de réparation, de rétroviseurs et de bagagerie.

En 2009, les activités considérées comme non rentables et très concurrentielles, sont cédées, c'est le cas de la bagagerie Chapak et des plateaux et pédaliers StronWglight2.

En 2013, la société produit 60% de son chiffre d'affaires dans son usine de 12 000 m2 et exporte 60 % de sa production1.

Produits

Zéfal produit aujourd'hui des pompes, des bidons, des porte-bidons, des gonfleurs, des contrôleurs de pression, des rétroviseurs, des porte-bagages, de la bagagerie, des garde-boue, des rétroviseurs, des huiles et graisses, des nécessaires de réparation, des cale-pieds et des courroies.

  Valve française ou Valve Presta.

(Sources: Wikipédia)

 

Logo club adresse

×