HISTOIRE DES CONSTRUCTEURS

Edoardo BIANCHI

 

La storia

      

 

edoardo-bianchi.jpgbianchi_0001.jpg

 logo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Era il 1885 quando Edoardo Bianchi, appena ventenne, iniziò l'attività di costruttore ciclistico nel suo piccolo negozio di Via Nirone a Milano.

La sua prima idea fu quella di ridurre il diametro della ruota anteriore, l’abbassamento dei pedali e l’applicazione della catena (inventata da poco dal francese Vincent).

Nacque così il “Safety” un biciclo il cui principale vantaggio era la stabilità: non servivano acrobazie per rimanere in equilibrio.

bianchi bicicletto.jpg

Edoardo sviluppò quindi un modello con ruote di diametro inferiore, pressoché identiche e nel 1888 uscì la prima bicicletta con gomme pneumatiche, inventate dal veterinario scozzese Dunlop.

Nel 1885 Edoardo Bianchi, fu invitato dalla Regina Margherita presso la corte nella Villa Reale di Monza, dove voleva imparare a cavalcare queste originali biciclette, e Bianchi realizzò appositamente per lei la prima bici da donna.

Sin dagli inizi dell’attività fu prestata molta attenzione al mondo dello sport: il primo successo sportivo internazionale risale al 1899, quando Giovanni Tommaselli si aggiudicò il Gran Prix de La Ville di Parigi.

Nel 1901 Edoardo Bianchi propose la prima bicicletta equipaggiata con trasmissione a cardano; nel 1913 inventò il dispositivo frenante anteriore.

Nel 1914 era ormai un costruttore di successo, con produzioni impressionanti per l’epoca: 45.000 biciclette, 1.500 motociclette e 1.000 automobili.

Con l’entrata in guerra dell’Italia dopo l’assassinio di Francesco Ferdinando a Serajevo, la Bianchi si dedicò alla fabbricazione ad uso militare di motociclette, camion, autolettighe e biciclette pieghevoli e rigide, adottate dal Ministero della Guerra e dai corpi militarizzati.

A gomme piene per la truppa ed a gomme pneumatiche per gli ufficiali, questa singolare bici venne affidata ai Bersaglieri dell’Esercito Regio ed impiegata fuoristrada, dalle Alpi (Caporetto, Piave, Monte Grappa) ai deserti africani: si può dire che era nata la prima Mountain Bike.

I successi sportivi si susseguirono continuamente. Solo per citarne alcuni:

Giovanni Tommaselli (1899), Rossignoli (1903), Gerbi (1905 – il diavolo rosso), Petit Breton (1907 – vincitore della prima Milano-Sanremo), Dario Beni (1909 – vincitore della prima tappa della storia del Giro d’Italia), Pavesi (1911), Cuniolo (1912), Piani (1917), Verri (1920), Moretti (1922 – campione italiano su pista), Spears (1922 – campione su strada), Piemontesi (1928), Michele Mara (1930), Bovet ed Olmo (1933), Bini (1939).

Su di una pubblicità del 1925, si legge:

Il cittadino Romano era il cittadino del mondo antico, la macchina Bianchi è la macchina del mondo moderno.

Le biciclette Bianchi disseminate in tutto il mondo, rappresentano in ogni paese, su ogni mercato il sommo della perfezione meccanica, il sommo della bellezza estetica.

Ogni bicicletta Bianchi è non solo la macchina più perfetta dal punto di vista tecnico, ma è sempre l’espressione dell’ultima novità.

Lo era nel 1885, lo è più che mai nel 1925.

Prima allora, prima oggi.

Nel 1935 la Bianchi era già una grande azienda, leader assoluta nel mercato italiano, che produceva 70.000 biciclette all’anno, ed i successi commerciali non fecero dimenticare le competizioni, che trovarono un enorme impulso grazie alle gesta di Fausto Coppi.

Nel 1940 Coppi vinse il suo 1° Giro d’Italia.

Nel 1947 fu Campione del Mondo dell’inseguimento e si aggiudicò il 2° Giro d’Italia.

Nel 1949 vinse il Giro d’Italia e poi il suo 1° Tour de France.

 memorabile la frase del cronista nella terz’ultima tappa, da Cuneo a Pinerolo --

“ un uomo solo al comando,

la sua maglia è biancoceleste,

il suo nome è Fausto Coppi ”

Nel 1952 si aggiudicò nuovamente Giro d’Italia e Tour de France.

Nel 1953 Coppi fu Campione del Mondo su strada e vinse il suo 5° Giro d’Italia.

Le sue furono affermazioni uniche, inimitabili per modalità e stile, che diventarono oggetto di racconti popolari, letterari, cinematografici.

Da ricordare che “la bicicletta non è soltanto attrezzo sportivo ma, nell’Italia povera, contadina ed appiedata del dopoguerra, strumento quotidiano di mobilità e di lavoro”.

Simbolo dell’azienda è il particolare colore con cui venivano e vengono tuttora prodotte le bici, un verde acqua chiamato “Celeste Bianchi”.

Oltre alle biciclette da corsa, abbiamo le bici da passeggio, mountain bike, BMX.

. . . . . e la storia Bianchi continua . .

Il 1972 vede campione del mondo Marino Basso, mentre il 1973 fu l’anno di Felice Gimondi, cui seguirono quello del 1986 di Moreno Argentin e quello del 1992 di Gianni Bugno.

Nel 1991 abbiamo Bruno Zanchi, Campione del Mondo MTB, e nel 1993 lo è stato Dario Acquaroli.

Il 1998 è l’anno del trionfo di Marco Pantani, che fa il vuoto al Giro d’Italia ed al Tour de France: il miglior “Pirata” che tutti vogliono e continuano a ricordare.

Ma è anche l’anno di Marco Velo, vittorioso nel Campionato Italiano a cronometro con la Mountain Bike e che si ripeterà nel 2000.

Bianchi uguale bicicletta, ovvero ciclismo. - Nome, marchio, colori inconfondibili.

Bianchi ha fatto la storia del ciclismo, una lunga appassionata corsa iniziata che era ancora Ottocento e che oggi nel Duemila continua a far battere il cuore di milioni di appassionati.

Nel 1980 il nome Bianchi entrò a far parte del Gruppo Piaggio.

Nel 1982 lanciò in Europa le BMX, biciclette particolari che consentono grandi evoluzioni fuoristrada, destinate ai giovani.

Nel 1984 fu la volta della Mountain Bike.

Nel 1987 acquisì il marchio austriaco Puch.

Nel 1997 la Bianchi è entrata a far parte del gruppo svedese Cycleurope AB, la più importante azienda mondiale del settore ciclistico.

Nel 2006 Bianchi realizza per la casa motociclistica Ducati, l’esclusiva gamma di biciclette Ducati Corse, con design essenziale e giovane in fibra di carbonio, lega di alluminio con zinco e magnesio: biciclette da corsa e MTB. 

02          Histoire du vélo.

 

 

          

 

 

 

 

 

                                    

Tullio CAMPAGNOLO

1953 campagnolo1953                                                                         logo Campagnolo

1933-42

Tullio Campagnolo un cycliste  innovateur

Gentullio Campagnolo, dit Tullio Campagnolo, né le à Vicence et mort le dans la même ville, est un cycliste et inventeur italien. Il a notamment inventé le procédé de blocage rapide de roue de bicyclette, le changement de vitesse, et a fondé la compagnie Campagnolo, qui fabrique des composants pour bicyclette.

Le 11 novembre 1927, alors qu'il vient d'attaquer l'ascension du Croce d’Aune, Tullio Campagnolo se retrouve seul, mais il n'a pas peur, il doit trouver une solution.
Ce matin de novembre, alors que ses mains engourdies par le froid l'empêchent de dévisser les écrous papillons de son moyeu pour utiliser le rapport le plus approprié, Tullio Campagnolo a une intuition : concevoir une nouvelle manette d'écrou afin de faciliter son actionnement.

1933: C'est le début de l'ère Campagnolo.

Le blocage rapide est breveté le 8 février 1930, tandis que sa production industrielle commencera en 1933.
La même année, Tullio Campagnolo fonde la société Campagnolo, située dans l'arrière-boutique de la quincaillerie de son père, Corso Padova 101 à Vicence.
C'est la naissance de celle qui deviendra la marque symbole de l'évolution du cyclisme moderne.

En 1946, le dérailleur arrière à double baguette évolue dans la version Corsa 1001, avec laquelle Gino Bartali remporte le Tour de France de 1948.
En 1949, les poignées de déblocage et de passage de vitesse s'uniront dans un unique levier. Naît ensuite la Paris-Roubaix 1002, ainsi dénommée en l'honneur de Fausto Coppi pour sa victoire dans l'édition 1950 de cette course.

Les rapports aussi changent.
Le nouveau pédalier à cinq branches proposé par Campagnolo a un entraxe réduit qui permet de monter des plateaux inférieurs à 47 dents, limite de cette époque. En 1961, Campagnolo réalise un pédalier triple qui devance les temps d'un cyclisme toujours plus exigeant en termes de composants.

Logo

 

6a00d83451c56869e200e54f3496698833 640wi          6a00d83451c56869e200e54f3495cf8833 640wi

 

 

Tullio Campagnolo nacque a Vicenza il 26 agosto 1901, da Valentino Campagnolo ed Elisa Paiusco. Battezzato Gentullio, venne sempre chiamato con il diminutivo di Tullio.

Cominciata la carriera ciclistica nel 1922 al Veloce Club Vicenza, la sua prima bicicletta fu una Aliprandi, tuttavia non si ricordano al suo attivo grandi imprese ciclistiche, se non la vittoria dell’Astico-Brenta del 1928. Momento topico della sua carriera agonistica non fu una vittoria, bensì un episodio curioso capitatogli l’11 novembre 1927.

Durante il Gran Premio della Vittoria, sulle prime rampe del Croce d’Aune, ebbe la necessità di togliere la ruota posteriore per una foratura. Tuttavia le mani gelate per il freddo e la neve non riuscirono ad aprire i “galletti”, i bulloni che si usavano allora e che avevano delle “ali” per essere stretti ed aperti a mano. La leggenda narra che esclamò “bisogna cambiar qualcossa de drio” (lett.: bisogna cambiare qualcosa dietro).
L’8 febbraio 1930, anno in cui terminò la carriera di corridore, Campagnolo brevettò il “galletto automatico”, ossia lo sgancio rapido che oggi tutti noi usiamo. Usando un perno del mozzo forato, la ruota viene fissata ai forcellini stringendo una levetta che sfrutta il principio dell’eccentrico. Si trattava del primo dei molti brevetti registrati da Tullio Campagnolo.
Nel 1933 nacque la società che porta il suo nome, con sede in Corso Padova, nel centro di Vicenza. La produzione era e rimase per molti anni artigianale (assumerà il suo primo dipendente nel 1940), tuttavia Campagnolo continuò la sua sperimentazione non solo sui mozzi, ma anche sull’elaborazione di un modello di cambio di velocità, che sperimentò sulle biciclette Berga, la cui sede era poco lontano dalla sua bottega.
In quello stesso anno, sfruttando il principio dello sgancio rapido da lui brevettato, nacque il famoso cambio a bacchetta, denominato ufficialmente Cambio Corsa. Nonostante la necessità di pedalare all’indietro per spostare il rapporto da un pignone all’altro, offriva il grande vantaggio di poter funzionare in presenza di fango, dal momento che la catena rimaneva sempre tesa e non si sfruttavano tensionatori, ma solo la lunghezza dei forcellini posteriori.

Il brevetto fu depositato il 4 maggio 1933, l’introduzione dei primi cambi avvenne nel successivo mese di agosto. Nel 1934 venne pubblicizzato addirittura sulla Gazzetta dello Sport.

Ernesto Colnago

logo-colnago

Ernesto Colnago est né le 9 février 1932 à Cambiago, une petite bourgade rurale à 20 km à l’est de Milan. Ernesto avait tout juste 13 ans lorsqu’il a voulu commencé à gagner sa vie. Il modifie alors ses papiers d’identité et se donne 14 ans pour commencer à travailler comme assistant soudeur. C’est en 1954 que Colnago est créé de ce minuscule atelier. Colnago c’est maintenant : des centaines d’équipes professionnelles, 2500 coureurs professionnels qui ont gagné plus de 7500 circuits internationaux. Des champions du calibre de Fiorenzo Magni, Gastone Nencini, Eddy Merckx, Giuseppe Saronni, Gianni Motta, Baronchelli, Michele Dancelli, Gianni Bugno, Oscar Freire, Johan Museeuw, Tony Rominger, Pavel Tonkov, Yaroslaw Popovych, Erik Zabel, Alessandro Petacchi et beaucoup d’autres encore ont remporté la victoire sur un Colnago. À l’image de son créateur innovant et passionné, Colnago a créé le premier cadre en fibre carbone aidé de l’ingénieurie Ferrari en 1986. L’année suivante, l’innovante fourche droite « Precisa » est créée. En 1989, le Colnago C35 fait son apparition : un cadre innovant en fibre carbone monocoque en version route et VTT. 1994 est l’année Hallmark pour Colnago qui introduit son premier cadre en fibre carbone, le C40. Colnago fête alors ses 40 ans de création et devient une référence incontournable dans le monde du cyclisme. Aucun autre cadre n’aura remporté autant de victoires que le C40 : 5 Paris-Roubaix et une pléthore de championnats internationaux. En 2000, un autre modèle remarquable sort des ateliers Colnago : l’édition limitée CF1 créé en collaboration avec Ferrari. Il devient très vite un succès majeur. Son successeur, le CF2 à double suspension viendra satisfaire les vététistes en 2002. Après des décennies de succès planétaire, Ernesto Colnago lance le C50 en 2003. Le C50 marque en fait le 50e anniversaire de Colnago et est vite catalogué de meilleure vélo au monde fabriqué en Italie. Son cadre en composite de fibre carbone connaît un franc succès aussi bien sur les circuits internationaux que dans les stands de vente. Et pour 2004, Colnago marque le coup de ses 50 ans en lançant son modèle « 5Oth Anniversary ». Ernesto Colnago continue de travailler dur pour vous offrir des vélos chaque fois plus performants. Ne lui demandez pas lequel de ses vélos est le meilleur : sa réponse sera toujours la même « J’ai créé beaucoup de vélos, mais le plus beau est celui à venir »

La marque Colnago est sans conteste l’un des monuments du cyclisme italien. Fondée en 1952 par Ernesto Colnago à Cambiago près de Milan, la marque s’est faite connaitre grâce à ses cadres en acier et leur design novateur qui en ont rapidement fait une des marques de référence dans le peloton. Au fil des ans, les matériaux ont évolué et la marque propose maintenant des cadres carbones d’une qualité et d’une finition exceptionnelle.

En 1987 à Cambiago, en collaboration avec Enzo Ferrari, ceux-ci réalisent un vélo tout carbone à l'aide de la technologie de la Formule 1.

Colnago invente la fourche droite, après une étroite collaboration avec Ferrari, leurs calculs prouvant qu'une fourche droite est plus performante pour une fabrication plus simple qu'une fourche courbée. Colnago crée la première fourche « tout carbone » (du pivot aux pattes de la fourche).

Colnago crée aussi son ensemble cadre-fourche qui fera date dans le cœur du peloton, le fameux C40 (« 40 » pour fêter les 40 ans de l'entreprise), ce cadre est hors normes, le procédé de fabrication par polymérisation (et non collage) permet d'obtenir un cadre carbone rigide tout en étant confortable, alliant ainsi les avantages du monocoque sans les inconvénients (contrairement à beaucoup de cadres de l'époque, qui eux étaient collés ou monocoque)

La marque s’est associée à l’équipe de développement de Ferrari afin de concevoir le superbe V1R, un des fleurons de la marque au trèfle. Le V1R est sans aucun doute le vélo monocoque carbone le plus abouti de l’histoire de Colnago.

Colnago propose avec le C60 un des rares cadres carbone entièrement fait à la main dans son usine en Italie. Vous découvrirez le processus de fabrication du Colnago C60 dans cette vidéo :

Fabrication d'un cadre carbonne:  VOIR

0018962 colnago master frameset 53cmColnago logo 2846474c

Dbyy6kmwaaeooweDbeni5ixyaato4tDaiixk7w0aa98ik

 

 

 

Giovanni Pinarello

Pinarello 2

Fondée en 1954 par Giovanni Pinarello, la marque a rapidement su s’imposer grâce aux innovations technologiques qu’elle a développées.

Les vélos Pinarello se sont illustrés à de nombreuses reprises sur des courses mythiques telles que Milan-San Remo, Paris-Nice, le Tour de Lombardie, le Giro et surtout sur le Tour de France qu’ils ont remporté à 9 reprises, avec des champions tels que Jan Ulrich, Miguel Indurain, Bradley Wiggins et Christopher Froome.

L’équipe Sky roule aujourd’hui sur le fer de lance de la marque : le superbe Pinarello Dogma F8 développé en collaboration avec les équipes techniques de Jaguar.

 

Pinarello 2  Pinarello super prestige 1983  Pinarello   Images 1

 

LES CYCLES  "MERCIER"

 
Cycles Mercier France Loire est une entreprise de fabrication de cycles du groupe hollandais Accel dont la chaîne de montage est située à Andrézieux-Bouthéon (à une dizaine de kilomètres de Saint-Étienne).

Histoire

La marque des cycles Mercier fut fondée à Saint-Étienne par Émile Mercier (1899-1973).
En 1919, il s'associe aux frères Paret et à Ribaud, et se lance dans la fabrication d'axes et cuvettes de pédalier.
En 1924, rachetant les parts de ses associés, il se reconvertit dans la fabrication de cadres, puis dans le montage de cycles vers 1930.
La marque se dote d'une équipe cycliste professionnelle en 1933. Elle connaitra son apogée dans les années 60, grâce à Raymond Poulidor.
De 1950 à 1959, Mercier a également fabriqué des vélomoteurs.
En 1984, la "Société Nouvelle des cycles Mercier" reprend l'entreprise voisine et concurrente France Loire (qui avait déposé le bilan en mai 1983).
Mercier, qui était resté en compétition jusqu'en 1983 (avec Joop Zoetemelk), dépose le bilan en 1985. Les salariés reprennent alors l'entreprise Mercier - France Loire. C'est le renouveau qui s'appuie sur la grande distribution, délaissant les réseaux classiques des petits revendeurs.
En septembre 1991, Mercier France Loire (qui avait également racheté St Etienne Cycles), est racheté à son tour par le fabricant néerlandais Atag qui deviendra plus tard Accel.
En 2005, la production annuelle était d'environ 120 000 bicyclettes (également sous la marque Poulidor), dont 1 200 pour l'opération vélo'v.

La marque a été vendue par le groupe Accell en 2008 entraînant la disparition des vélos Mercier.

 
 

es "Lionceaux Bleu & Jaune" PEUGEOT de 1945 à 1962 "

Maillot peugeotL'équipe cycliste Peugeot est une équipe française de cyclisme sur route, qui a existé de 1901 à 1989. Elle existe quasiment depuis les débuts des courses cyclistes. Il faut dire que la firme montbéliarde produit des cycles depuis 1882. À partir de ce moment-là, elle ne quittera quasiment plus les pelotons.

Elle est considérée comme l'équipe cycliste la plus titrée de tous les temps. Durant sa longue existence, l'équipe sponsorisée par la marque Peugeot a notamment remporté neuf Tours de France, trois Tours d'Espagne et cinq Paris-Roubaix.

Après la seconde guerre de nombreux belges représentèrent les couleurs "Bleu & Jaune" de l'équipe et non des moindres tels Rik Van Steenbergen, Stan Ockers, Frans Schoubben, Raymond Impanis, Fred De Bruyne, Pino Cerami et Jean Brankart.
 

 

C'est en 1963, qu'apparait le fameux maillot à damiers noirs de PEUGEOT et cela va durer jusqu'en 1986, soit 24 ans.
 
Plusieurs champions ont fait honneur aux couleurs de Peugeot et parmi eux les plus prestigieux, tels Eddy Merckx, Bernard Thevenet, le regretté Tom Simpson, Ferdinand Bracke, Roger Pingeon, Pino Cerami, Jean Pierre Danguillaume, Gilbert Duclos-Lassalle, Raymond Delisle, Walter Godefroot, Gerben Karsten, Stephen Roche, Charly Gaul, Hennie Kuiper ou Pascal Simon.
 
 

HISTOIRE DE PEDALIERS EN ALU.

Voici un bel article réalisé par   PATRICK - Cofondateur de Track & News      sur le site Track & News

Voir le site: Track and News

Le pédalier en alu, une histoire pas si légère que ça

En 1879 l’anglais Harry Lawson a eu une riche idée en plaçant le pédalier du vélo en position centrale avec une transmission par chaîne reliée à la roue arrière … Cet entraînement, permettait de transformer la force du cycliste en mouvement circulaire, créant ainsi la motricité de la bicyclette. Véritable coeur du vélo il donnait alors la cadence aux premiers « tours minute » qui sont aujourd’hui des critères appréciés par les spécialistes. Fabriquées dans un premier temps en acier forgé, les pièces du pédalier (manivelles, plateaux) seront ensuite fabriquées en alu  … C’est au début des années 30 que l’on voit apparaître les premiers pédaliers en duralumin.

Track & News
Gravure de la machine d’Harry Lawson

Cet alliage découvert en 1908 était déjà utilisé depuis les années 20 dans l’aéronautique, il allait changer la donne dans le monde du vélo en permettant un allégement considérable, apprécié par les cyclistes pendant des décennies, jusqu’à l’arrivée du carbone. Les pédaliers ont vu leur poids diminuer de 500 g et les succès rapides lors des grandes compétitions de l’époque ont lancé l’industrie vers une production massive de ces pédaliers.

Track & News
Publicité de l’époque des établissements Vérot créateur de la marque Stronglight … qui annonçait un gain de poids de 500 g – photo ©forum retro course

Nous sommes, aujourd’hui encore, admiratifs devant ces pièces « d’orfèvrerie cycliste » de l’époque. Le poids d’un beau pédalier Campa Record ou d’un Stronglight reste aujourd’hui très compétitif par rapport aux « répliques » actuelles. Certaines pièces customisées, comme c’était la mode à l’époque, par des perçages artisanaux, ou encore pantographées se vendent à prix d’or sur le marché de l’occasion.

Pour nous la grande époque du pédalier alu se situe dans la période des années 50 à 80 … L’arrivée de Shimano avec ses produits moulés et anodisés de façon impeccable a un peu tué le charme du polissage au « mirror » de nos belles manivelles d’antan.

 

Track & News
Quelques éléments de notre collection des années 40 à 80 – photo ©PDM T&N

Stronglight l’ancêtre

La marque de pédalier qui a été la plus diffusée en France est « Stronglight ». Sous ce nom à consonance anglo-saxonne se cache une société bien de chez nous :  les Établissements Vérot-Perrin implantés autrefois à Boën-sur-Lignon dans le département de la Loire. Dans les années 1920 cette société produisait des pédaliers en acier connus sous la marque Strong.

C’est Laurent Vérot (les initiales LV sont souvent apposées sur les modèles de la marque) qui développe le premier pédalier en dural qui sera utilisé brillamment par le coureur Alfredo Binda en 1931 sur la course Milan-San Remo. C’est cette même année que la marque « Stronglight » est créée pour différencier les produits alu de la production acier. Ce modèle est caractéristique avec ses 5 vis de fixation du plateau et une distance inter-boulons (BCD) de 50,4 mm. À l’époque le gain de 500 g est annoncé par rapport à un modèle acier.

Track & News

Par la suite, ce « standard », imaginé par Stronglight, permettra à d’autres fabricants de proposer leurs propres plateaux dural compatibles avec ces pédaliers. Il y aura notamment, à la fin des années 1940, la société « Spécialités T.A. » qui lancera son activité en proposant une très large gamme de plateaux adaptables sur le Stronglight.

Spécialités T.A. les cyclotouristes adorent

Georges Navet, ébéniste de formation, est également cycliste et membre de l’Audax Club parisien. Dans les années 40 il participe à des brevets cyclotouristes et à des épreuves sportives. Il devient, en 1942-1943, ajusteur-monteur chez René Herse le célèbre vélociste qui fabriquait également ses propres équipements dont les pédaliers.

Particulièrement inventif, il créé à Clamart la société « Spécialités T.A. » avec son frère Louis. L’idée était au départ de réaliser un pédalier fixé sur la roue avant d’où le nom de T.A. (Traction Avant). En fait la société connaîtra son essor en fabriquant des plateaux en alu pour les pédaliers Stronglight 49D.

Track & News
Un modèle rare le TA 1500 Critérium en dural il n’a été produit que 3 ans (1959-62). Il utilise un montage clavette avec serrage par clé alen réalisé sur un axe en forme de coeur (indispensable si un jour vous trouvez ce plateau dans une brocante) … Un retour arrière face à l’emmanchement carré inventé avant ce montage – photo ©PDM T&N

Dans les années 50 « Spécialités T.A. » a produit ses propres pédaliers et manivelles en aluminium dont ce modèle particulier en photo ci-dessus. Pendant des années c’est principalement auprès des cyclotouristes que ses produits connaîtront un réel succès. La production se poursuivra jusqu’en 2007 et aujourd’hui encore on peut trouver au catalogue de la marque des plateaux neufs qui s’adapteront à vos anciennes manivelles ….

René Herse l’orfèvre

Track & News
Dans le magasin Alex Singer de Levallois on perpétue le culte de René Herse … pour ceux qui veulent connaître l’histoire de cet artisan du vélo un bouquin est paru et son célèbre pédalier est toujours fabriqué … Visitez la boutique d’Alex Singer à Levallois

Qui ne connaît pas la réputation de l’orfèvre des vélos de Levallois … Il avait lui aussi commencé en 1930 dans l’aéronautique où on savait travailler le dural. En 1936 il fabrique ses premières pièces mais pas encore des vélos complets. Plus tard, il fabriquera des vélos complets que les amateurs viendront découvrir dans son magasin. En 1946 il présente au concours du Duralumin un tandem pesant 12,3 kg et en 1947 il présentera un vélo de 7 kg de sa fabrication. Aujourd’hui ses vélos sont considérés comme de véritables oeuvres d’art et ils s’arrachent pour une fortune. René Herse est décédé en 1976 mais sa marque continue à vivre. Il y a une forte communauté d’admirateurs aux US qui collectionnent les montures fabriquées par René Herse.

Cet « artiste » du vélo avait créé un pédalier particulier qui comme le T.A pouvait recevoir des plateaux de petit diamètre très appréciés par les cyclotouristes et les tandems.

Track & News

Campagnolo … la classe

L’histoire de Campagnolo commence en 1933. La marque a été créée par Gentullio (dit Tullio) Campagnolo, né en 1901. Ce jeune espoir amateur du cyclisme italien des années 1920 était passionné par la mécanique. Il avait déposé déjà en 1930 un premier brevet de dérailleur à baguette. Rendu célèbre par les fameux blocages de roues « Campa » la société allait se développer jusqu’à atteindre son apogée dans les années « Merckx » avec l’apparition du groupe tout Campa : dérailleurs, pédaliers, freins, pédales, tiges de selle, … Le pédalier Campa avec ses 5 blanches va déferler sur le marché du vélo haut de gamme avec les productions très appréciées des cadreurs italiens (Colnago, Pinarello, Rosa, …).

La première génération des groupes Campagnolo était baptisée « Record », un nom prédestiné pour ce pédalier puisque Eddy Merckx en 1972 battra le record de l’heure avec.

Track & News
source http://viciouscycleblog.com/

Plus tard elle a pris le nom de « Nuovo Record » lorsque le dérailleur arrière Nuovo a été introduit sur le marché. Jusqu’aux années 1980 ce pédalier a constitué le « must have » associé généralement à un ensemble dérailleurs et freins pour équiper les vélos « tout Campa ».

Lambert un grain de folie à l’anglaise

L’histoire fascinante de la société anglaise Lambert fait partie de la saga du cyclisme des années 70.  Cette marque peu connue du grand public a produit des vélos et des équipements qui sont aujourd’hui de véritables objets de collection.

Track & News
©Classicrendezvous.com

La marque a été créée en 1972. Ses vélos étaient très chers pour l’époque – le modèle standard Super Sports coûtait 124,95 $ et le modèle Grand Prix professionnel 134,95 $. Il y a même eu un modèle Grand Prix 24 CT plaqué or à 259,95 $. Très inspirés par l’industrie aéronautique les équipements étaient également développés et produits par la marque.

Construit comme un avion …

Trcak & News

Lambert a ainsi créé des pédaliers très originaux le triple en photo plus haut étant très largement inspiré du pédalier Spécialités T.A.

Zeus le dieu Grec version espagnole

Track & News
Une version triple de la série Zeus qui a succombé à la mode des petits trous – photo ©PDM T&N

Zeus est une marque de cycles espagnole … Son porte-flambeau à la grande époque de ses victoires a été Luis Ocana … La série 2000 n’a pas été montée uniquement sur les vélos de sa propre marque, d’autres ont également adopté le groupe 2000 dans les années 70. Très inspirée de la série Record de Campagnolo la qualité n’était pas cependant la même. Aujourd’hui ce matériel d’époque est recherché par les amateurs car sa diffusion a été plus confidentielle que celle de Campa.

Track & News

La marque Zeus a désormais disparue absorbée par le groupe Orbéa au début des années 2000.

Les autres

Il existe bien d’autres marques et nous avons pris le parti de vous parler de celles que nous avons trouvé signifiantes ou originales mais il existait à l’époque un large choix. Il y avait les italiens Gipiemme, Ofmega, …. les français avec Duprat (Saint-Etienne) et un modèle « Maxi plume » datant de la fin des années 40 et qui avait la particularité d’être équipé encore de clavettes.

Track & News
Un magnifique pédalier de notre collection signé AD (André Duprat) … Il s’agit du modèle Maniplume en dural mais avec encore un montage sur axe à clavettes – photo ©PDM T&N

Nous avons la chance de pouvoir vous en présenter quelques modèles issus de la collection d’un ami passionné et que notre Chef d’atelier Pierre a briqués pour la circonstance.

Parmi ces autres marques Campa « like » il y avait une marque qui cachait bien sa provenance : Tevano. Malgré son nom qui sentait bon les spaghettis au Parmesan elle était bien française. Elle avait été créée par T.A. pour concurrencer le leader italien.

Track & News
Pédalier Tevano un modèle Campa like réussi – photo ©Forum Vélo Vintage @ gogo

Certains relèvent même que l’origine du nom TEVANO serait l’anagramme de NAVET (nom du créateur de la marque T.A.) avec un O pour faire plus italien. C’est fort possible mais je n’ai pas pu vérifier l’information.  Par contre, ce qui est sûr c’est que c’est lui qui a créé la marque qui a été déposée en 1976. Campagnolo a fortement inspiré les créations des marques de l’époque. Shimano importé par la société Bertin allait également suivre la tendance du style « Campa ». La montée en puissance de la marque japonaise a amorcé le déclin de la diversité et le début d’une industrialisation qui a fait disparaître bon nombre de marques.

Les customs  …

Track & News
Sur le vélo André Sablière de Robert Gibanel voici un exemple de pédalier Campa « travaillé » – photo ©Musée du vélo de Emile Arbes

« Des petits trous des petits trous … toujours des petits trous … » le poinçonneur des Lilas de Gainsbourg ne sévissait pas uniquement sur les tickets de métro. Une mode a fait fureur dans les années 70, elle consistait à percer les plateaux pour les alléger … Les poignées de freins, les manettes de dérailleurs, … n’ont pas échappé à cette folie du perçage et souvenez-vous du guidon du vélo du record de l’heure d’Eddy Merckx qui était également « troué ».

Track & News
Pantagraphés, troués, … on en voit de beaux modèles lors des rassemblements de vélos vintage …

Les quelques millimètres de dural enlevés dans ces opérations n’étaient pas vraiment significatifs mais c’était tendance … Il fallait bien sûr confier l’opération à un « pro » de la chignole sinon la « dentelle » risquait de faire mauvaise figure. À l’époque je travaillais dans une grande entreprise aéronautique où l’on savait travailler l’alu … Tous les cyclistes avaient des pédaliers « custom » de haut vol réalisés par nos ajusteurs en mode « perruque » avec l’outillage pro utilisé pour fabriquer les « Mirage » …

Dans la série des customs il y avait les « pantographés » … On trouvait les « signatures » des cadreurs célèbres tatouées sur les plateaux des vélos qu’ils montaient. Cette tendance venue d’Italie s’est surtout remarquée sur les pédaliers Campa. Les signatures de Colnago, Rosa, Pinarello, … et autres stars du vélo haut de gamme ont été gravées dans le métal et parachèvent l’authenticité de ces bicyclettes de rêve.

Faire du vieux avec du neuf : les réplicas

La mode du vintage a relancé une petite industrie autour de ces belles pièces qui redeviennent tendance montées parfois sur des vélos d’exception ou servant à restaurer des machines anciennes. C’est ainsi que l’on voit actuellement des « fixie » neufs équipés façon « old school » … Par contre pour les accros de la balance il faudrait mieux rouler « d’époque » car les modèles « new vintage » ont pris du poids. Nous avons pesé quelques pédaliers en notre possession. La palme de la légèreté revient au « vieux » Maxiplume : 280 g. Pour les « new vintage » les poids sont plus importants : Sun 407 g – BLB Pista Vera :  660 g (avec le plateau) – Sugino RD2 :  565 g (avec le plateau) – Vélo Orange : 540 g …

Cette différence est peut être liée au fait que les anciennes manivelles étaient matricées alors que beaucoup de celles qui sont fabriquées actuellement sont usinées. Le matriçage doit rendre la manivelle plus résistante pour une forme moins généreuse … Si vous avez un avis sur la question n’hésitez pas à poster un commentaire sur cet article …

Spécialités T.A. … cette société, évoquée plus haut, fut une « pionnière » du plateau en alu. Elle a survécu à la disparition massive de nos marques et aujourd’hui encore elle présente sur son catalogue des pièces détachées compatibles avec les productions anciennes. La marque française a arrêté en 2007 la production des manivelles copies d’époque mais vous pouvez encore trouver tous les plateaux 5 vis qui s’adapteront sur vos vieilles manivelles. A noter que Spécialités T.A. fournit les cycles Gilles Berthoud (voir plus bas) et certains artisans qui essaient de faire du « français » comme les cycles Victoire par exemple.

SunXCD … Créée par l’ancien président de SunTour Junzo Kawai en 2012 SunXCD relance la production des manivelles 5 vis. Vous pouvez très bien adapter vos anciens plateaux T.A. ou encore des plateaux Spécialités T.A. toujours au catalogue de la marque française sur ces manivelles.

Track & News
photo sur http://www.libertecycles.fr/

Voir le site : http://sunxcd.net/cranks/

BLB (Brick Lane Bikes) … Brick Lane voilà une rue où il fait bon flâner à Londres si on aime le vélo vintage   … A l’extrémité se trouve le petit « shop » BLB mais ne vous trompez pas derrière ce modeste « pas de porte » il y a le gros catalogue « Bigmama » dans lequel vous trouverez tout dont le pédalier Pista Vera assez réussi bien qu’un peu lourd comparé à nos « vieilleries ».

Track & News

Catalogue Bigmama

Le site BLB : http://www.bricklanebikes.co.uk/

Sugino … la marque japonaise possède encore à son catalogue des produits « new vintage » dont ce superbe pédalier piste RD2 …

sugino-rd2

Site Sugino : http://www.suginoltd.co.jp/us/products/track/messenger.html

Gilles Berthoud … l’artisan du cycle Gilles Berthoud fait de la résistance … Ses selles sont de pures merveilles. Cette société défend la fabrication française et pour les pédaliers qui figurent à son catalogue c’est un modèle T.A.

Track & News
Un ensemble fabriqué par Spécialité TA pour Gilles BERTHOUD

Site Internet : http://www.gillesberthoud.fr/

Vélo Orangesous ce nom bien français vous trouverez une société US qui développe son business autour de la production de répliques (made in Taïwan) de modèles anciens. Le site propose cette belle réplique du pédalier TA au standard 50,4 BCD, comme les TA et Stronglight 49D d’époque. Prisé par les randonneurs et cyclotouristes ce pédalier permet des montages à partir de 28 dents jusqu’à 62. Il est également léger peut-être à cause du forgeage à froid de son alliage d’aluminium.

Track & News

Voir le site : http://store.velo-orange.com/index.php/components/cranksets/grand-cru-50-4bcd-crankset-mkii.html

 

Stronglight c5 bis équipe Motobécane 1980   Stronglight 105 bis (Motobécane 1980) Stronglight c5 bis

Pour conclure

Cet article n’est pas exhaustif des différentes marques et modèles … on ne peut pas tout connaître et l’objectif n’était pas de faire le boulot que Vélo base fait très bien. De 1930 à 1980, en 50 ans de l’histoire du pédalier en dural, la production a été forte : c’était une époque faste pour le vélo. Maintenant nos « machines de guerre » à deux roues sont équipées de pédaliers aérodynamiques en alliage léger ou en carbone et la recherche d’efficacité et de gain de poids ont de mon point de vue dégradé l’esthétique.

Nous avons maintes fois évoqué le manque d’intérêt en France pour les choses du passé face à ce que font nos amis anglo-saxons. C’est en train de changer avec l’effet de la mode vintage qui invite les gens à regarder derrière. Des manifestations de vieux vélos naissent en France comme Anjou Vintage et plein d’autres. On ressort des greniers et des caves le vélo du grand-père pour y participer. Des initiatives privées comme le superbe musée d’Emile Arbes valorisent notre patrimoine et nous avons quelques érudits de l’histoire du vélo qui alimentent les forums et les sites webs. Nos amis américains, qui ont un vrai intérêt pour le vélo français, nous aident également à sauver les traces de ce passé.

6f9b4c21cf52efdf0b87f2a7483d15bc

Quelques sites et forums à consulter :

HISTOIRE DE POMPES.

 

LE LEADER FRANCAIS: Vidéo : Les différentes étapes de fabrication d'une pompe à vélovoir

L''entreprise française Zéfal, spécialisée dans la fabrication d'accessoires de cycles.                   Image illustrative de l'article Zéfal

Historique

L'origine de la société remonte à la fin du XIXe siècle avec les premières évolutions du vélocipède. Dès1880, les établissements AFA deviennent la société Poutrait qui se spécialise dans la fabrication d'accessoires de vélo en métal tels les repose-pied, les porte-lanternes ou les étriers de frein puis profite de l'invention du pneumatique gonflable pour mettre au point des valves et développer les pompes de gonflage. En partenariat avec les coureurs cyclistes du même nom, la société crée, au début du XXe siècle, les marques Lapize (pompes) et Christophe (cale-pied et sangles).

Parallèlement, en 1900, Edouard Morin rachète l’entreprise de M. Sclaverand, inventeur et fabricant de la valve qui porte alors son nom (aujourd’hui appelée valve française ou valve Presta). La société Morin est alors spécialisée dans la fabrication de pompes de cadres et pompes à pied, et crée notamment la marque Zéfal en 1920. Ce nom provient de zef signifiant vent en argot, et -al pour aluminium, le composant principal.

En 1935, les deux sociétés fusionnent et deviennent les Établissements Poutrait-Morin. Dans l'entre-deux guerres, l’entreprise est réquisitionnée par l'armée française pour fabriquer des seringues. Elle quitte alors son siège d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et rejoint Jargeau (Loiret), perçu comme moins vulnérable en cas d’avancée allemande1. Elle y emménage dans les locaux d'une ancienne féculerie datant du XIXe siècle située en contrebas de la levée de la Loire.

En 1949, Poutrait-Morin dépose le brevet du procédé SOLIBLOC permettant de réaliser des pompes en aluminium sans fond rapporté. Ces pompes monobloc sont lancées dès les années 1950. Depuis cette date, de nombreux brevets ont été déposés pour améliorer l'efficacité, la facilité et le confort du gonflage. En 1972, Zéfal invente le raccord direct avec levier de serrage et la réversibilité du joint pour s'adapter aux différents types de valves.

Dans les années 1980, Zéfal devient un des leaders mondiaux dans la fabrication de pompes, dépassant le chiffre de dix millions d'unités par an tout en résistant à la chute du marché européen du vélo. C'est également à cette époque que l’entreprise diversifie son offre de produits d’accessoires pour le vélo, notamment avec les bidons, les porte-bidons, les porte-bagages et les garde-boue.

La politique d'implantation internationale s’intensifie en partenariat avec des distributeurs dans plus d’une centaine de pays. Chaque année, 70 % des produits fabriqués sont exportés dans une centaine de pays.

Dans les années 1990, avec l’apparition du VTT comme nouvelle pratique du vélo, Zéfal lance de nouveaux produits et poursuit sa diversification en développant des gammes d’entretien, de réparation, de rétroviseurs et de bagagerie.

En 2009, les activités considérées comme non rentables et très concurrentielles, sont cédées, c'est le cas de la bagagerie Chapak et des plateaux et pédaliers StronWglight2.

En 2013, la société produit 60% de son chiffre d'affaires dans son usine de 12 000 m2 et exporte 60 % de sa production1.

Produits

Zéfal produit aujourd'hui des pompes, des bidons, des porte-bidons, des gonfleurs, des contrôleurs de pression, des rétroviseurs, des porte-bagages, de la bagagerie, des garde-boue, des rétroviseurs, des huiles et graisses, des nécessaires de réparation, des cale-pieds et des courroies.

  Valve française ou Valve Presta.

(Sources: Wikipédia)

 

L'INDUSTRIE DU CYCLE A SAINT ETIENNE.

Découvert sur le site Calameo

Se connecter

 

N° 11. — Décembre 1898. 1'111111!BULLETIN OFFICIEL DE LA CHAMBRE SYNDICALE DE L'INDUSTRIE DES CYCLES DE SAINT-ÉTIENNE  DU BASSIN , DE LA LOIRE CE JOURNAL EST ADRESSÉ GRATUITEMENT PAR LA CHAMBRE SYNDICALE A TOUS LES FABRICANTS, MARCHANDS ET AGENTS DE CYCLES DE FRANCE ET DE L'ÉTRANGER.

Page de couverture 1

Page 2 et 3

En 1898:       Décembre 1898

En 1899:       Janvier 1899

 1899 complet     Voir

 

En 1920:     Janvier 1920 

En 1921:      Avril 1921

En 1939:     Janvier Février 1939

1939 complet     Voir

  

 

Logo club adresse

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×